L'AMR 33

Renault Type VM .

Accueil | Kits | Dioramas | Trucs

 

 

 

Une Mobylette en tôles...

Fin 1932, Renault présente ce véhicule, capable d'atteindre 50 km/h sur route, chose assez exceptionnelle pour l'époque avec un véhicule intégralement à chenilles, ce qui lui conférait (quand même) un avantage sur ses concurrents. Fabriquée à 123 exemplaires (Source F. Vauvillier), et malgré ses qualités médiocres (blindage, armement) l'AMR33 équipe à partir de 1934 les unités de Dragons Portés et les Régiments d'Auto Mitrailleuses, entre autres.

Malgré son air de mobylette en tôles, l'AMR 33 avait été quelque peu réfléchie. Les deux membres d'équipage étaient disposés l'un derrière l'autre, le long du bloc mécanique moteur / boîte / transmission / radiateur, afin de gagner de la place mais surtout de mieux protéger les deux hommes (grâce au bloc) sur l'avant droit. On imaginait que, la circulation se faisant à droite, et qu'on cherchait avant tout à croiser les feux de l'antichar lors d'embuscades, le conducteur placé à gauche serait mieux protégé par l'avant droit du véhicule car occupé par une masse de métal supplémentaire. Il y a une "certaine" logique: on roule à droite, l'ennemi aussi (en principe, d'où mon "certaine" !) donc si l'ennemi place un antichar sur la route, il devrait être sur ma droite, puisque son véhicule serait sur ma gauche. Un peu tiré par les cheveux: stratégie militaire française des années 20...

Faiblement blindée (13mm !), sans moyen radio, juste une mitrailleuse légère (7.5mm) pour son "autodéfense", l'AMR 33 remplit plutôt bien son rôle: reconnaître l'ennemi de façon discrète et revenir le plus vite possible rendre compte. Il ne valait d'ailleurs mieux pas qu'elle serve à autre chose.

Les allemands, bien que semblant apprécier le matériel de prise français de 1940, n'utilisèrent pas l'AMR 33...

 

Le kit de Terre Model est très chouette. Pas de bulle, très bon moulage, pièces faciles à nettoyer, un plaisir, quoi. 

Ci dessous les photos du modèle monté. Pas beaucoup de pièces, mais quelques difficultés au niveau des chenilles, dont l'assemblage n'est pas aisé. A noter que la trappe de tourelle était brisée sur mon exemplaire. 

En plus, si vous regardez bien les photos, vous verrez que d'un côté j'ai inversé la poulie tendeuse et le barbotin; je l'ai vu avant le vieillissement et la bévue se trouve donc sur les photos du modèle monté, puis peint (mais pas vieilli...)

Vu le faible nombre de pièce, chacun peut y trouver son compte; c'est un modèle idéal (sauf le prix, évidemment, si l'on tient compte du ratio taille/prix) pour, par exemple, débuter la résine tout en trouvant un modèle original.

A noter que c'est une reprise du kit NKC (aujourd'hui introuvable), mais sans l'intérieur. Mon exemplaire NKC est nettement mieux moulé (finesse) que celui Terre Modele.

 


La Peinture.

Une couche de vert foncé est passé à l'aérographe sur tout le véhicule. Puis le camouflage est fait. Une couche de noir est passée à l'aérographe suivant le futur tracé des zones marron (comment ça j'suis pas clair ??). Le marron est ensuite mis sur le noir, en ne laissant que le pourtour afin de montrer une bordure (noire...) passée finement au pistolet. Pourquoi cette façon de faire ? J'arrivais pô à faire un filet assez fin à l'aéro...

A remarquer les différences de teintes d'une photo à l'autre, pour une raison que j'ignore, les prises de vues ayant été faites au même moment et dans les mêmes conditions.

Une fois la peinture terminée, le lot de bord est collé, puis peint: pelle, barre à mine, toile à l'arrière, galet de rechange. Les décals sont aussi posés; ils viennent de la planche Blast Model (celle du kit est pourrie, les décals tombent en miettes dès qu'on les touche !). Des cocardes tricolores, pas de nombre. J'ai cru remarquer que c'était une pratique fréquente au sein des Dragons Portés, et je voulais ici représenter un véhicule du 15è RDP.

Par contre l'immatriculation (réalisée à partir de la planche Blast) suit la stricte réalité, compte tenu d'un dessin au crayon gris réalisé au sein de ce régiment en 1940 (voir le fichier au dessus de ce texte) et montrant clairement une série très proche.

 

Le 15è RDP ayant reçu assez tôt ses AMR, laissons nous aller à quelques opérations de vieillissement. Des éraillures vert foncé sont faites, au pinceau très fin. Un ou deux "filtres" ou "jus" -choisissez votre vocabulaire- de noir puis de sienne très dilués. Pour finir, très léger brossage à sec des couleurs de base éclaircies.

D'autres opérations sont à venir, mais afin de lier le véhicule à sa saynète.

 

Conclusion: jolie maquette, originale, bien moulée, blindé (enfin, si on veut !) Français. Et 60 euros, quand on voit le prix d'un Pz I Tristar, ce n'est pas la mer à boire...