Panhard 178

Construction de l'intérieur.

Accueil | Kits | Dioramas | Trucs

 

 

Des bienfaits du Net...

C'est vrai, j'adore la Panhard 178. Ne me demandez pas pourquoi, c'est comme ça. J'ai donc naturellement eu envie de la (re)faire, mais avec l'intérieur. Et encore une fois, le seul gros vrai  problème, c'est la doc (bon, d'accord, faut aussi le trouver, ce kit...)
Oui mais sauf que cette fois, on s'y est mis à deux, et grâce au Net ! Entre les échanges d'avis, observations communes, recherches partagées, on y est arrivés, à faire un intérieur des plus vraisemblables !
Oh bien sûr il peut y avoir encore des zones d'ombre (pas pour la tourelle). Mais tout ce que nous avons mis dans nos AMD est le fruit d'un labeur partagé. Avec, évidemment, quelques petites différences d'interprétation, mais toujours fondées, car je suis convaincu que dans ce genre d'exercice la dextérité est largement effacée par la documentation. Si on sait ce qu'on doit faire, on finit toujours par trouver le moyen de le faire ! Par contre si on ne sait pas quoi faire, comment voulez vous le faire ???
DOCUMENTATION ! CA, c'est le vrai nerf de notre passion, bien plus que Docteur Eduard et Mister Résine.

Merci Internet ! 
Merci Christophe !
 
;-)

Pour ce qui est des généralités, je vous propose de relire la première page consacrée à ce superbe engin.

Construction du kit.

D'abord percer. J'ai décidé de faire le véhicule toutes trappes ouvertes: il faut tout découper. Première solution: par perçage. Il est ici difficile de faire autrement, la pièce à enlever étant petite. Ensuite vient le nettoyage. Autre solution, la mini scie circulaire. Très fine, elle coupe parfaitement, mais reste limitée aux pièces assez larges, ici la porte principale. Puis on affine par ponçage à la lime. Plate et en acier, elle permet de poncer droit et régulièrement, il suffit d'être soigneux. Cette lime est aussi fonctionnelle sur le tranchant, ce qui facilite grandement la réalisation d'angles bien droits.
Le ponçage se fait de façon régulière, de droite à gauche, sans s'attarder ici ou là. La découpe de la porte inverseur est terminée. Le même procédé est utilisé pour l'intérieur: d'abord découpé "en plein", il est ensuite évidé par ponçage. La porte de l'inverseur découpée avec la mini scie. La porte de l'inverseur est refaite. Les dimensions sont prises sur celle du kit; les détails sur photos (pas de Saumur, il doit s'agir d'un bout de tôle bricolée pour la restauration).
Même chose pour la porte principale. Le joint intérieur refait. La porte principale est refaite également, avec son joint d'étanchéité. Les deux portes. Les emplacements de rivets correspondent aux fixations des chargeurs Reibel qui se trouvent à l'intérieur. Puis, grâce aux photos de Saumur, les cornières sont placées. A ce sujet, il faut signaler la remarquable précision de kit Alby, dont l'emplacement de chacun des rivets représenté (à l'extérieur) est exact.
La cloison du moteur est ajoutée. Elle est renforcée afin d'offrir une fixation plus solide. Les formes et dimensions sont déduites des restes de Saumur, dont les traces permettent ces déductions. Le poste du pilote. Il est plus bas que le plancher du compartiment de combat. Les différents niveaux sont définis par rapport aux photos de l'exemplaire de Saumur. Les leviers, pédales, etc. sont en carte plastique, ou chute de photodécoupe. Leur emplacement est défini selon des photos ou plans d'époque. Le plancher est fait en tôle larmée. Ce n'est pas le profil idéal, mais il est très satisfaisant au 35è. C'est ici un moulage d'une plaque Royal Model en photodécoupe. Puis vient le poste ER27. Carte plastique, feuille de plomb et ... plans et photos d'époque.
Le plancher. Notez les différences de hauteur. Colonnes de directions et tout ce qui est blanc est en carte plastique. Les volants proviennent d'une Jeep. Le poste radio, une fois la caisse posée. Le compartiment dessous accueille les batteries. Il manque encore les câbles. Tout commence à prendre forme, avec la caisse. Les chargeurs de Reibel sont des moulages d'un master perso. Les chargeurs de Reibel. Bon, évidemment, moi je ne suis par M'sieur Alby, alors bonjour les carottes ! Le poste de pilotage avant.
Le siège n'est pas encore là. L'autre côté. Le rack à obus (oh, il doit y en avoir d'autres, mais où ?). J'ai utilisé les obus du canon de 25 Heller. Le trou dans la cloison gauche est pour le câble d'antenne. Le système télécamit. Il est bien documenté dans le Trackstory n°2, sur... la Panhard 178. J'ai rajouté le blindage de la sortie du câble d'antenne. Deux demis cercles, un demi tube et le tour est joué..
La porte principale reçoit ses chargeurs. Poste de pilote inverseur; la "boîte" avec une manivelle est le démarreur manuel. Encore une vue du poste avant. Il y a aussi un emplacement pour batterie à l'entrée principale. Les roues sont un peu grossières; un cerclage est rajouté, les systèmes de fixations de chaîne Oriam sont retravaillés.
Gros chantier avec les roues avant. Il manque pas mal de choses, heureusement présentes sur le véhicule de Saumur. Avec les photos et les plans, tout devient facile. Notez qu'il manque ici les lames de suspension. Voici de quoi corriger la direction à l'avant. C'est un schéma simplifié de l'avant droit, vu de derrière. La roue est donc à droite. Même chose, mais cette fois vu de l'avant. La roue est donc à gauche. Le véhicule équipé de ses roues. Les trappes du pilote ne sont pas encore là. Même sans ses ailes, qu'elle est belle !

:-)

Le schéma de principe des trappes latérales avant. Pour l'échelle, basez vous sur le kit. Le patron des coffres arrières. Ils sont refaits en feuille d'alu. Le patron est fiable, il est juste un peu grand (soyons prudents) mais les formes sont les bonnes. Les raidisseurs (les espèces de croix) sont faits avec un stylo bille, en plaçant la feuille d'alu sur une surface plane mais rainurée. Il suffit de tracer fortement avec la bille, en plaçant l'alu sur la rainure.

Voici le résultat du gabarit. Quelques ajustages sont à faire, mais il est ok. Je me suis servi du Etchmate pour le pliage.

De ce côté, le coffre a été déformé. J'ai utilisé le même patron, mais à l'envers.

 

Les fermoirs sont en carte plastique. Quelques coups ont été faits à la mini perceuse.
Du fait des coffres refaits, j'ai du aussi refaire l'arrière. Rien de bien difficile: photos de Saumur. L'embase d'antenne est un master personnel, dupliqué en résine. Les mâts sont assez hauts (ils mesurent 2 mètres). La rondelle blanche sous la résine est un plot isolant en faïence. Les coffres d'ailes, qui servent à ranger les chaînes antidérapantes Oriam. Mes rivets sont trop gros... Le poste de conduite avant, toutes trappes ouvertes. Idem à l'arrière.
J'ai choisi de refaire la tourelle, car une fois ouvertes, les trappes laissent voir l'épaisseur du plastique du kit alby. J'ai donc pris pour patron la tourelle du kit. La chose n'est pas aussi simple, essentiellement à cause de l'inclinaison des parois. Mais à coeur vaillant...

L'ouverture du toit a été faite avec un gros emporte pièce, puis ajusté patiemment à la lime ronde. 

Les photos de Saumur, ainsi que diverses autres d'époque (Trackstory, notamment) aident énormément à détailler les portes de tourelle. La Reibel est le moulage d'un master perso. Ne pas oublier qu'il y en a une autre, stockée en réserve à droite du pilote avant. La culasse, la lunette de visée, les épiscopes, moteur de rotation de tourelle, périscopes Gundlach... photos ou plans d'époque.
La cornière verticale qui marque, à l'intérieur, l'angle du blindage, est une erreur vues trop tard. Le système de verrouillage des portes de tourelle, simple mais efficace. L'autre côté. Les sièges de tourelle. Photos, photos, photos... Vue de dessous.
 
Gros plan des sièges. Ils n'ont pas la même forme; notez le gros ressort de rappel. L'ensemble pouvait remonter, et, indépendamment, chaque siège pouvait aussi se relever.

 

 

La peinture.

L'intérieur est en toute logique peint en premier ;-)

Le plancher est d'une teinte vert foncé, les organes en blanc, le siège couleur cuir, etc. La radio est d'un gris vert neutre. Pas trop de documentation sur les couleurs... Les parois sont blanc cassé. Un jus de terre de sienne très dilué est passé, suivi d'un autre de noir. Les chargeurs de Reibel sont brun foncé, comme la seconde Reibel.
.. .. L'intérieur de la tourelle st, selon toute logique, blanc. Le canon de 25mm est gris acier. Quelques touches de couleur avec les épiscopes. Puis le véhicule est fermé. Les teintes sont vert français (héhé) avec des zébrures de brun.
Un jus noir assez dilué (huiles), un léger brossage à sec de vert un peu plus clair, des pastel pour simuler la poussière. Les intérieurs de trappes sont peints en vert. Après avoir vu des dizaines de photos, je pense que toutes les combinaisons sont possibles: portes laissées blanches, repeintes en vert, ou peintes dès l'origine en vert. Le coffre reçoit quelques éléments, pas du tout réglementaires, pour les besoins de la future saynète. Les roues sont peintes en terre, brossées à sec de noir. Le contraste doit être fort entre le bas de caisse empoussiéré et l'intérieur des portes.

Galerie