La photo numérique ...

Pas si dur que ça !

Accueil | Kits | Dioramas | Trucs

Avertissement: je ne SUIS PAS photographe. Je vous simplement part ici de mes observations quant à l'usage d'un appareil numérique pour notre hobby. Il est donc évident que mon souhait est de vous faire part de mes expériences sur l'usage d'un numérique, et non pas sur l'art de la photographie en lui même .
Par ailleurs, pour la prise de vue lisez l'article (lumineux ;-) !) de Francis paru sur Maquette Garden, "De bonnes photos numériques de vos réalisations"
N'oubliez pas non plus les passionnés de photo numérique, comme sur le site La Photonumérique.com.

Avertissement bis.

Certaines possibilités dont je parle ici vont dépendre de l'appareil. Il est évident qu'on ne peut pas demander la même chose à un numérique à 150 euros qu'à un reflex de 800. Sachez cependant que tous les effets dont je parle ici peuvent être obtenus à partir d'un logiciel, tel que Paint Shop Pro ou Adobe Photoshop Element (livré avec mon appareil) mais avec beaucoup plus de mal. La question du prix de l'appareil dépend de facteurs dont chacun appréciera l'importance selon son propre cas. Personnellement j'ai voulu acheter un reflex (EOS Canon) car je veux faire du numérique en vacances, en famille, etc. comme avec un argentique, mais avec les avantages du numérique. Donc pas seulement pour les maquettes. J'ai eu la chance de pouvoir faire un choix familial (merci chériiiiiiiiiiiie), non pas seulement de passionné de maquettisme. Mais ça m'arrange bien quand même... :-)

 

Histoire de pixels.

Définition (largeur x hauteur)
Correspondance Largeur x Hauteur

350.000 pixels

640.000 pixels

870.000 pixels

1.400.000 pixels

2.000.000 pixels

3.200.000 pixels

4.100.000 pixels

640 x 480 pixels

800 x 600 pixels

1024 x 768 pixels

1280 x 1024 pixels

1600 x 1200 pixels

2048 x 1535 pixels

2272 x 1704 pixels 

Quelle définition pour les photos ? 2 millions de pixels peuvent suffire. Mais il faut faire attention et être conscient de ce que l'on veut prendre. Plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Si je veux montrer tout mon dio, 640x480 suffisent, l'image est alors assez grande et montre un sujet dans sa globalité; mais on ne peut agrandir une zone particulière. Si je veux montrer un détail, cette définition devient insuffisante, car quand je zoome il y a effet de pixelisation, et au total on ne voit pas grand chose, les détails ne sont pas nets sans compter l'effet de frustration du lecteur. Il faut donc monter en définition, par exemple 1024x768 ou mieux, 1600x1200 voire plus, tout dépend du détail que l'on veut montrer; on "découpera" ensuite le détail en question afin de ne garder que lui. Un tout petit détail (un visage par exemple, ou le fier ajout des 3 boulons qui manquaient) pourront monter pourquoi pas jusqu'au 2272x1704. Examinons un peu tous ces pixels, dans ce tableau repris pour partie du site spécialisé "La Photonumérique.com":

Choisissez donc votre définition de photo en fonction de ce que vous voulez montrer, ensemble ou détail.

 

Le flash.

A mon sens le but ultime est de ne pas utiliser le flash. Dans ce cas, l'éclairage est primordial et je vous ramène à la lecture de l'article de Francis sur Maquette Garden. En cas d'utilisation de celui-ci, il peut être intéressant de pouvoir contrôler son intensité, pour éviter les surexpositions dues à une volonté de montrer un détail, et donc de se rapprocher du sujet. Comme le dit Francis, essayez, c'est gratuit ! C'est ce que je vous ai fait, dans ma grande bonté, ci dessous :-) Les divers exemples vont du flash trop faible à trop fort, le dernier est sans flash. Notez au passage l'ambiance dégagée par l'éclairage de cette dernière photo, éclairage volontairement placé à gauche afin de simuler un coucher de soleil et le bonhomme qui mange peinard à l'ombre de son char (poésie quand tu me tiens...).

Recadrage.

Autre intérêt du numérique (ou d'un argentique scanné): le recadrage. Imaginons une photo prise d'ensemble (le dio). On peut très bien vouloir ne montrer qu'une partie de la saynète à des fins de mise en scène, isoler un point précis, ou encore donner un autre point de vision. Dans ce cas il suffit d'un logiciel de retouche d'image pour découper une partie de la photo, sans forcément respecter le format initial. Dès lors que l'on ne prend qu'une partie de la photo, aucune nécessité à réduire l'image (si on veut un fichier "léger"), mais on a besoin de détail, donc de définition... Prenez sans trop de recul une photo du char, en centrant l'équipage, puis découpez cet équipage. Il sera d'une bonne dimension, bien visible. J'ai mis ci dessous des exemples de recadrages. Notez les différences de sens pour les deux dernières images qui viennent du même cliché: l'une fait reportage, l'autre fait plutôt "in action". Non ? :-)

Effet de profondeur de champ

C'est un autre effet intéressant, qui malheureusement ne dépend que des capacités de votre appareil. Sans trahir de secret, plus on choisit une valeur d'ouverture grande (ex. 8.0), plus la profondeur de champ sera grande, comprenez que la plage nette entre ce que vous voulez prendre et l'arrière plan sera grande. Au contraire pour isoler un sujet, choisissez une valeur basse (ex. 2.8) qui, en ouvrant l'obturateur, atténue l'arrière plan. Le sens dramatique d'un cliché peut changer selon que l'on montre le soldat ci dessous net et l'autre dans le flou, ou si les deux soldats sont nets. Ne confondez pas cet effet avec la mise au point. Si vous pouvez choisir une ouverture (mode priorité ouverture), essayez ! Car comme dit Francis... enfin vous savez :-)

Mise au point

Le choix de votre mise au point peut également influer sur le thème de la photo. Sur les exemples ci dessous, le cliché est le même, mais le choix du personnage change le sens de la photo. Sur l'une c'est le soldat qui arrive que l'on montre, sur l'autre on montre celui qui regarde les autres arriver. Évidemment on a pris une petite valeur d'ouverture, ici 2.8, afin d'isoler le sujet principal. Il peut être intéressant de pouvoir faire une mise au point manuelle.

Effet de lumière

Afin de donner un peu d'effet, on peut aussi jouer sur la vitesse d'obturation. Cela nécessite un pied pour les vitesses basses, mais on peut obtenir des ambiances différentes, par exemple soleil couchant ou petit matin avec les photos du Panzerjäger I. Évidemment, on peut arriver à ce résultat également par le biais d'un logiciel.
Autre effet intéressant, l'ajout d'une lumière supplémentaire, pour d'autres effets comme avec le camion ci dessous, un soleil intense obtenu par la lumière naturelle laissée en arrière plan.

Le "poids" du fichier.

Dans l'optique d'une publication Internet, il est important de se poser la question du "poids" du fichier. Sur ce site, j'ai pris le parti de ne jamais mettre les photos en entier, de les remplacer par des vignettes, comme sur cette page. Avantages: sur certaines pages, il y a plus de 50 photos. Imaginez le temps qu'il faudrait pour afficher l'écran si elles étaient en 640x480... De plus, cela permet à l'internaute, toujours impatient ;-) , d'avoir un aperçu rapide de ce qu'il peut voir, de choisir le cliché qui l'intéresse, de comprendre le texte sans pour autant à avoir à télécharger chaque photo. De plus chaque photo grandeur nature est compressée au format jpg aux alentour de 65% (dans mon cas), ce qui donne un bon compromis entre la qualité et le temps de téléchargement.
Exemple. La photo ce dessous à gauche est à l'origine en 2272x1704. Je ne l'ai pas laissée telle quelle (je l'ai réduite fortement), car le fichier jpg faisait dans les 800 ko, 11 mégs une fois décompressé. Fait un peu beaucoup, ça... évidemment, on voit bien les détails, mais ceux-ci restent noyés dans la masse d'informations que représente la grande taille de la photo. Trop d'info tue l'info. Les deux autres photos sont des détails tirés de la première, mais cette fois sans réduction. Le fichier reste d'une taille raisonnable, et la grande définition du cliché d'origine laisse voir les détails choisis en grand format. De plus, on montre le détail que l'on veut. Comment faire ? Une fois l'image dans votre logiciel, avec l'outil sélection vous définissez une zone (c'est ce que j'ai fait avec les 3 photos ci dessous), puis copier, et coller; vous voilà avec votre détail en nouvelle image.

Saynète et mise en scène.

Là on aborde un thème un peu plus délicat, celui de la sensibilité de chacun. C'est votre oeil qui doit déterminer le côté dramatique, la dynamique ou le côté "informatif" d'une scène. C'est en fonction de ce que l'on veut montrer que l'on prend sa photo. Informatif: je montre comment est fait le dio; je prends une photo d'ensemble. Dramatique: j'isole le gars qui hurle et les autres sont dans le fond, distincts mais flous. Dynamique: là je triche et j'utilise un logiciel afin de distribuer ça et là des effets, à l'espagnole.
Plus classique, utilisez le fond. Détourez le sujet principal et collez le sur un fond approprié, une forêt, une ville en flamme. La couleur du fond est ici importante, car un bleu moyen apparaissant plutôt rarement dans un diorama, il est plus facile de détourer la maquette que si ce fond avait été vert foncé ou noir. En effet, si on utilise un outil de détourage automatique (comme dans Paint Shop Pro), il suffit de cliquer la couleur pour que l'outil en question sélectionne la plage de l'image concernée par cette couleur. En d'autres termes, je clique sur du bleu, et le bazar sélectionne tout le bleu, voire touS leS bleuS selon une tolérance définie par l'utilisateur. Évidemment si le fond est jaune et que le panzer l'est aussi, il y a risque de confusion et de sélection inappropriée.
Puis quelques copier coller, un adoucissement des bords de l'image collée et le tour est joué. Ci dessous quelques exemples, avec la même saynète. La première est sur fond bleu, les autres sur des fonds trouvés sur le net. Essayez ce lien pour quelques fonds.

 

Amusez vous bien :-) et merci à Francis pour la relecture...